Concernant la prononciation du texte

Le Laudi di San Francesco d’Assisi op. 25, H. Suter

 

«Le Laudi di San Francesco» ou “Il cantico del sole” est une des poésies religieuses les plus connues (et peut-être la plus connue) de la littérature italienne. Saint François d’Assise la composa en 1224.

Il s’agit d’une prière, un hymne de remerciement et de louange à Dieu pour son œuvre de création du monde, pour les éléments, pour la beauté et l’utilité de chaque créature mais aussi pour la souffrance et la mort.
Le Cantico est écrit en “volgare”, la langue populaire de l’époque, et non pas en latin : le message et l’invitation de l’auteur de louer et remercier Dieu sont adressés à tous les hommes, de tout niveau social, et pas seulement aux plus instruits.

La prononciation que je vous propose est celle standard de l’Italie du centre (Perugia-Firenze). Dans des rares occasions, exceptionnellement, j’ai choisi un é au lieu d’un è (prononciation du nord d’Italie) car plus approprié pour le chant.
Pour indiquer l’accent phonique de la voyelle “O” j’ai utilisé les accents aigu et grave:
O ouverte (par ex. “forme”) = ò
O fermée (par ex. “bateau”) = ó

Pour ce qui concerne l’accent tonique:
Dans la langue française l’accent tonique est la plupart du temps placé sur la dernière syllabe d’un mot. En italien, au contraire, l’accent tonique peut se « balader » sur n’importe quelle syllabe d’un mot.
Dans le cas du texte de notre Oratorio “Le Laudi”:
– on ne relève que deux mots qui terminent avec une syllabe accentuée : « troverà » et « farà », dans le numéro 8. Tous les autres mots ont l’accent tonique avant.
– chaque fois qu’un mot se termine avec un « E » ou un « O », il faudra prononcer ces deux voyelles systématiquement fermées.

 

H. Suter, Le Laudi di San Francesco d’Assisi op. 25

  1. Altissimo, òmnipótènte, bòn Signóre,

    tue són le laude, la glòria e l’ónóre

    ed ògni bènédizióne.

    A te sólo, altissimo, sé cónfanno

    e nullo òmó ènne dégno té mèntóvare.

    Laudato sia, mio Signóre, còn tutte le tue créature,

    spécialmènte méssèr ló frate sóle,

    ló quale giorna ed illùmina pèr lui,

    ed éllo è bèllo e radiante còn grande spléndóre,

    di te, altissimo, pòrta significazióne.

  2. Laudato sia, mio Signóre,

    per sòra luna e le stélle,

    in cièlo l’hai fórmate chiarìte

    e prézióse e bèlle.

  3. Laudato sia, mio Signóre, pèr frate vènto

    e pèr aére e nuvólo e séréno ed ògni tèmpo,

    pèr ló quale alle tue créature

    dai susténtamènto.

  4. Laudato sia, mio Signóre, pèr sòr’acqua,

    la quale è mólto ùtile éd ùmile

    e préziósa e casta e pura.

  5. Laudato sia, mio Signóre,

    pèr frate fòco,

    pèr ló quale tu allùmini la nòtte,

    éd éllo è bèllo e giócóndo

    e róbustóso e fòrte.

  6. Laudato sia, mio Signóre,

    pèr sòra nòstra matre tèrra,

    la quale né sustènta e góvèrna

    e próduce divèrsi frutti

    còn cólóriti fiori ed èrba.

  7. Laudato sia, mio Signóre,

    pèr quélli che pérdónano pèr ló tuó amóre

    e sostèngóno infirmitàte e tribulazióne.

    Beati quélli che sósterranno in pace,

    che da te, altissimo, saranno incórónati.

  8. Laudato sia, mio Signóre,

    pèr sòra nòstra mòrte córpórale,

    dalla quale nullo òmo vivènte pò scappare.

    Guai a quélli che mórranno

    nèlle péccata mórtali, béati quélli che si tróverà

    nèlle tue santissime vóluntàti,

    che la mòrte secónda nól farà male.

  9. Laudate et bènédite mió Signóre

    e ringraziate e servìtéli

    còn grande umilitate. Amén.